fbpx

Cabinet d'avocats, Avocat pénaliste, délit routier, droit des étrangers à Paris/Luxembourg

- Tél : +33 1 86 95 00 98 (FR) . +35 2 28 99 04 40 (LU)
Prise de rendez-vous

L’impact des réseaux sociaux sur l’image de la police

Pourquoi évoquer la question de l’impact des réseaux sociaux sur l’image de la police ?

Parce ce que l’impact des réseaux sociaux sur l’image des policiers est significatif en raison de leur rôle dans la diffusion de l’information, la mobilisation de l’opinion publique, la documentation des événements et la communication des forces de l’ordre.

Dès lors, et dans un contexte où les policiers sont de plus en mis en cause dans le cadre de l’exercice de leur fonction, il est donc essentiel d’examiner l’impact des réseaux sociaux sur l’image de la police. Analyser comment les réseaux sociaux façonnent la perception que le public peut avoir de la police, et comment ils peuvent influencer les débats sur la réforme et la responsabilisation des forces de l’ordre.

I. Quels sont les principaux évènements qui expliquent l’impact des réseaux sociaux sur l’image de la police ?

Plusieurs évènements peuvent expliquer l’impact des réseaux sociaux sur l’image de la police auprès de l’opinion publique. Sans revenir sur l’ensemble de ces évènements, nous citerons uniquement les plus médiatisés, et ceux dans lesquels les réseaux sociaux ont, nous semble-t-il, joué un rôle essentiel.

 

 

Violences policières et urbaines - l'impact des réseaux sociaux sur l'image de la police

 

A. Les manifestations des « Gilets Jaunes »

Entre 2018 et 2019, les manifestations des “Gilets Jaunes” ont eu lieu en France pour protester contre la politique économique du gouvernement. Ces manifestations ont souvent été marquées par des affrontements entre les manifestants et les forces de l’ordre, ce qui a suscité des préoccupations concernant l’utilisation de la force par la police.

S’agissant desdites manifestions, il est indéniable que les médias sociaux ont joué un rôle crucial dans le mouvement des « Gilets jaunes » en facilitant l’organisation et la mobilisation des manifestants, en diffusant des images en temps réel des affrontements avec la police, et en permettant un partage rapide d’informations et d’expériences personnelles. Ces plateformes ont ainsi contribué à amplifier le mouvement et à attirer l’attention du gouvernement sur leurs revendications.

B. L’affaire Michel Zecler

Il s’agit de l’affaire d’un producteur de musique noir agressé par plusieurs policiers en novembre 2020 à Paris. Une affaire largement médiatisée. L’incident qui a été capturé par des caméras de surveillance, montre les policiers frappant Michel Zecler à plusieurs reprises alors qu’il était dans l’entrée de son studio d’enregistrement. Cet incident, suivi d’accusations mensongères contre ce dernier, a provoqué une indignation nationale et des manifestations contre le racisme et contre la police. Les policiers impliqués ont été suspendus et mis en examen pour violence volontaire.

Dans cette l’affaire, on note encore une fois l’impact des réseaux sociaux sur l’image de la police. Ils ont joué un rôle majeur en diffusant rapidement les images de l’agression, et en suscitant l’indignation publique suscitée. Ils ont tout simplement servi de plateforme pour le débat public et pour la mobilisation de l’opinion publique.

impact des réseaux sociaux sur l'image de la police

C. L’affaire Nahel

Plus récemment, on peut citer l’affaire de ce jeune de 17 ans, Nahel, qui a été tué par un policier en juin 2023, suite à un refus d’obtempérer lors d’un contrôle de véhicule. Même si les circonstances précises de l’incident et le tir fatal restent à clarifier, cette affaire a suscité un vif débat en France sur les agissements des policiers, entraînant des manifestations et des émeutes réclamant justice pour Nahel.

Ici encore, on observe l’impact des réseaux sociaux sur l’image de la police. Ils ont également joué un rôle essentiel dans la médiatisation et l’amplification de cette affaire tragique. C’est ainsi que les médiaux sociaux ont amplifié l’indignation publique en diffusant des informations et des vidéos sur l’incident, et en mobilisant des manifestations et des débats sur ce que certains qualifient de « violences policières ». Ils ont permis à un large public d’être rapidement informé et de réagir à cette tragédie.

Le rappel de ces trois évènements permet donc de mettre en lumière l’impact des réseaux sociaux sur l’image de la police, traduisant ainsi la puissance de ces moyens de communication incontrôlables.

Policiers mis en cause, contacter Maître Pelzer, ici

 

II. Pourquoi les réseaux sociaux ont un tel impact sur l’image des policiers ?

Comme nous venons de le souligner, la question de l’impact des réseaux sociaux sur l’image de la police est cruciale. Les réseaux sociaux peuvent porter atteinte à l’image des policiers de plusieurs manières. Six raisons principales, intrinsèquement liées à la structure de ces médias sociaux, peuvent expliquer ce phénomène.

Raison n°1 : La diffusion virale et incontrôlée de l’information

Des vidéos ou des récits montrant des comportements inappropriés, violents ou discriminatoires de la part des policiers peuvent se répandre rapidement, atteignant un large public. Dès lors, les actions des policiers peuvent devenir virales en quelques heures, influençant ainsi l’opinion publique.

Raison n°2 : L’absence de contextualisation

Même si ces incidents sont isolés, ils peuvent fortement nuire à l’image de l’ensemble de la police. En effet, les vidéos et images partagées sur les réseaux sociaux de certaines interventions policières peuvent parfois être prises hors contexte ou éditées de manière à montrer une seule partie de l’histoire. Cela peut conduire à des interprétations erronées ou biaisées des actions des policiers, renforçant une image négative de la police, et prouvant effectivement l’impact des réseaux sociaux sur l’image de la police.

Si vous êtes policier et que vous avez été mis en cause dans une affaire largement diffusée sur les réseaux sociaux, n’hésitez pas à contacter Maître Pelzer, dévoué à la défense des policiers depuis plusieurs années.

Prenez RDV avec Maître Pelzer, ici

 

Raison n°3 : La polarisation de l’opinion publique

Les réseaux sociaux ont également tendance à polariser les opinions. Ainsi, l’image des policiers peut être soit idéalisée soit diabolisée, avec peu de place pour une perception nuancée. Un constat qui a été mis en avant par certains auteurs, dont Cass Sunstein, qui dans son ouvrage, “Republic.com”, publié en 2001, emploie le terme “echo chambers”. Dans ce livre, il montre comment la personnalisation de l’information sur Internet peut créer des chambres d’écho isolées.

En effet, en analysant l’impact des réseaux sociaux sur l’image de la police, on observe que les individus ne sont exposés qu’à des opinions qui renforcent leurs croyances préexistantes. Autrement dit, ils ne sont confrontés qu’à des opinions qui reflètent et renforcent leurs propres croyances, limitant ainsi l’exposition à des points de vue divergents. Cela peut conduire à une polarisation accrue et à un isolement idéologique.

S’agissant de la police, cela peut mener à une polarisation extrême et à une diabolisation des policiers dans certaines communautés en ligne.

Raison n°5 : L’exacerbation de l’émotionnel

Parce qu’ils favorisent la polarisation des opinions, les réseaux sociaux ont également tendance à encourager des réactions rapides et émotionnelles plutôt que des analyses réfléchies. Cela peut mener à une condamnation publique des policiers avant que tous les faits ne soient connus.

C’est justement dans ce climat pour le moins délétère, que notre cabinet met tout en œuvre pour accompagner au mieux les policiers mis en cause dans le cadre d’affaire surmédiatisée sur les réseaux sociaux.

Nous assurons la défense des policiers, ici

 

Raison n°6 : La prolifération de la désinformation

Les réseaux sociaux sont bien souvent le terreau de la désinformation. Ils pourraient être utilisés pour propager délibérément de fausses informations ou des rumeurs sur les forces de l’ordre, nuisant à leur crédibilité et à leur réputation.

Une désinformation qui pourrait elle-même entraîner un effet « boule de neige », démontrant également l’impact des réseaux sur l’image de la police. En effet, même si chaque incident négatif peut sembler mineur ou isolé, l’accumulation de ces incidents sur les réseaux sociaux peut créer une image durablement négative de la police, donnant l’impression que ces comportements sont systémiques et non des exceptions, entraînant un certain nombre de conséquences.

impact des réseaux sociaux sur l'image de la police

L’exposé de ces différentes raisons démontre donc à quel point les réseaux sociaux peuvent avoir un impact négatif sur l’image de la police auprès de l’opinion publique.

Un constat qui entraîne au moins une conséquence inquiétante s’agissant de la profession de policiers. En effet, l’image renvoyée par les réseaux sociaux peut certainement avoir un impact sur le moral et l’identité professionnelle des policiers, influençant potentiellement leur comportement et leur approche du travail ; tendant ainsi à créer une perte de sens du métier de policier.

 

L'utilisation du flash ball par les forces de l'ordre

Cette conséquence sur la profession des policiers étant préoccupante, nous avons consacré un article complet au traitement de ce sujet. Vous pourrez le retrouver sur notre blog, ici.

Cette conséquence sur la profession des policiers étant aussi alarmante, notre cabinet d’avocat s’est toujours engagé à accompagner les policiers lorsqu’ils doivent personnellement faire face à la justice, aussi bien lorsqu’ils sont mis en cause, que lorsqu’ils sont eux-mêmes victimes de violences.

Policiers, confiez-nous votre défense, ici